rue du Trésor

Alors que l'été passe doucement, que je réécris mon roman Orphée entre un voyage en Italie et les aléas du quotidien, je viens de recevoir par courriel confirmation que la nouvelle que j'avais soumise à la revue Moebius sera publiée dans le prochain numéro cet automne.

Je ne suis pas une grande nouvelliste. Je découvre peu à peu ce genre littéraire qui, au départ, me semblait trop exigu pour faire vivre mes personnages, mes histoires. Or, dans une nouvelle, on peut aussi créer de belles ambiances, je m'en rends compte soudainement. Ici, le thème était "Québec, ville insolite", piloté par mon amie Marie-Ève Sévigny. Moi qui ai Québec dans le coeur, dans l'âme, je me suis dit qu'il fallait au moins que j'essaie d'écrire quelque chose! Et alors que la date de tombée arrivait à grands pas, je n'avais toujours pas d'idées valables... jusqu'à ce que j'ai une vague d'inspiration. 

Le texte est envoyé depuis la mi-avril et, malgré quelques échos, je ne savais pas s'il serait publié. 

Mais voilà que je viens de signer le contrat d'édition et j'en suis bien contente, car l'insécurité me taraude toujours concernant l'écriture. Publier ce texte après qu'il ait été lu et commenté par un comité de lecture me rassure un peu.

Momentanément, du moins.

**

Photo: vue sur la rue du Trésor, décor de ma nouvelle intitulée Exposition.